Comment le contrôle de l'usure permet-il à votre SSD de durer plus longtemps ?

jeudi 24 janvier 2019 par Michael Nuncic

Au cours de ces derniers mois, nous avons abordé quelques-unes des technologies les plus basiques qui rendent les SSD et leurs puces Flash NAND plus performantes et donc plus résistantes sur le long terme. Toutefois, il manque un élément fondamental dans notre série : le contrôle de l'usure.

A quoi sert le contrôle de l'usure?

Sans le contrôle de l'usure, ou wear leveling en anglais, un SSD n'atteindrait jamais sa durée de vie maximale. Étant donné qu'un SSD se compose de nombreuses cellules Flash NAND et que chacune d'entre elles ne peut effectuer qu'un certain nombre d'opérations de lecture/écriture, un SSD tomberait normalement en panne beaucoup plus rapidement sans la technologie de contrôle de l'usure. C'est parce que cette technologie est basée sur des algorithmes qui assurent que chaque cellule de stockage Flash NAND est utilisée de manière égale. Une cellule ne peut traiter que 3000 à 100 000 cycles de lecture/écriture. Cependant, même ce nombre élevé de cycles peut être atteint relativement tôt.

Et sans algorithme de contrôle de l'usure, le contrôleur flash doit assigner en permanence des adresses logiques provenant du système d'exploitation vers les adresses physiques de la mémoire Flash. Cela signifie que chaque nouvelle écriture dans un bloc précédemment écrit doit d'abord être lue, analysée, modifiée et réécrite dans le premier emplacement. Non seulement cette approche prend beaucoup de temps, mais cela signifie également que certains espaces de stockage seront utilisés plus fréquemment que d'autres , ce qui entraîne une usure plus rapide. Avec seulement quelques blocs en fin de vie, l'appareil devient inutilisable et une perte de données peut se produire.

Par conséquent, en utilisant des algorithmes de contrôle d'usure, le contrôleur SSD distribue les opérations d'écriture de telle sorte que toutes les cellules de mémoire NAND ont le même nombre d'écriture/opérations. Il y a deux façons différentes d'y parvenir : le contrôle de l'usure dynamique et statique.

Comment ça marche? 

Pour faire simple, le contrôle de l'usure dynamique consiste à utiliser le firmware du contrôleur SSD pour écrire les données sur les blocs flash libres les moins utilisés à l'instant "t". Même si cette méthode vaut mieux que rien, lorsque beaucoup de données sont stockées sur un SSD, les cellules s'usent encore plus rapidement. C'est la raison pour laquelle une méthode supplémentaire est également utilisée : le contrôle de l'usure statique. Il réduit l'usure des cellules flash sur la totalité des puces flash en transférant les données vers les blocs flash les moins utilisés.

En conclusion, le contrôle de l'usure est l'une des technologies les plus importantes pour augmenter la durée de vie de votre SSD. Par conséquent, lors de l'achat d'un nouveau SSD, il est essentiel que vous en choisissiez un où les deux méthodes de contrôle de l'usure - dynamique et statique - sont implémentées dans le firmware. De cette façon, vous ne choisissez pas seulement un produit avec une meilleure espérance de vie, mais vous investissez également dans la protection de vos données. Lorsque les deux méthodes de contrôle de l'usure sont utilisées, il est d'autant plus improbable qu'une perte de données due à une défaillance matérielle ne se produise.

Pour plus d'informations sur la récupération de données à partir de SSD défaillants.