Go to Top

Quelles sont les causes principales d’une perte de données virtuelles ?

Quelles sont les causes principales d’une perte de données virtuelles ?

La virtualisation des systèmes informatiques s’est établie depuis longtemps sur un large front et domine le paysage de l’entreprise. Les avantages énormes de cette technologie sont évidents : une bien meilleure utilisation des systèmes existants, des besoins en matériel réduits ainsi que la diminution des achats et de la consommation d’énergie qui en découle. Il n’est donc pas étonnant que progressivement, toutes les applications possibles et imaginables soient réalisées virtuellement, et avec la possibilité de virtualiser des paysages de stockage entiers, la technologie s’est finalement établie dans les sociétés.

D’après Gartner, la plupart des firmes font état d’une virtualisation de l’ordre de 75 % ou plus. Les améliorations en matière d’hyperviseurs ont réduit la complexité de configuration et d’entretien des serveurs physiques, ont grandement amélioré l’utilisation des serveurs, et ont augmenté la flexibilité et la réactivité informatique pour l’adapter aux besoins de l’entreprise. Il n’est donc pas étonnant que la grande majorité des systèmes informatiques modernes soit virtualisée, même les systèmes virtuels ne sont pas immunisés contre la perte de données, d’après ce que peuvent constater régulièrement les experts en récupération des données de chez Ontrack. Dans cet article, nous expliquons les principales raisons d’une perte de données virtuelles très réelle et ce que vous pouvez faire si cela vous arrive.

Les 4 raisons principales d’une « perte de données virtuelles »

D’après nos ingénieurs en récupération des données, il existe fondamentalement 4 raisons principales pouvant conduire à une perte de données dans les systèmes virtuels ou dans les machines virtuelles au cours des 10 dernières années :

1. Problèmes de matériel/RAID

À 39%, il s’agit de la raison la plus courante d’une perte de données virtuelles au cours des 10 dernières années. Les problèmes matériels rencontrés par les systèmes virtuels sont essentiellement les mêmes que dans les systèmes physiques, tels que des lecteurs défaillants, des contrôleurs défaillants, des composants serveurs défaillants et des problèmes d’alimentation. Mais la corruption du RAID est un défi bien plus important auquel font face les machines virtuelles, à cause de la nature de la virtualisation.

2. Problèmes de formatage / de logiciel

Le reformatage d’un disque, d’un disque virtuel, d’une matrice, d’un LUN, d’un vDisk, d’un volume, ou de tout autre support de stockage, et la réinstallation d’un logiciel sont les causes supplémentaires d’une perte de données dans les environnements virtualisés. Ce qui est spécifique aux machines virtuelles, par exemple, c’est qu’un reformatage peut être effectué au niveau Guest ou Host.

La corruption peut également venir de patches et de mises à jour défectueux sans une sauvegarde hors ligne, de l’implémentation mal planifiée d’un nouveau logiciel, de problèmes d’intégration et d’une corruption de la base de données. Ces problèmes peuvent également entraîner la corruption du fichier hôte et la détérioration du système de fichiers guest.

3. Corruption des métadonnées d’un système de fichiers virtuel

Une autre source de perte de données est la corruption des métadonnées. Les métadonnées sont encore plus importantes dans les environnements virtualisés à cause du nombre de couches et de machines virtuelles qui existent. Un petit problème avec les métadonnées VMFS peut avoir de graves répercussions sur la disponibilité des données.

4. Erreur des utilisateurs

Un grand nombre de ces sources de pertes de données peut être classifié comme erreur des utilisateurs par les administrateurs. Les privilèges d’accès offrent aux administrateurs la capacité de supprimer des machines virtuelles par erreur. Et même si les droits d’accès sont correctement gérés, les erreurs demeurent monnaie courante.

Les machines virtuelles supprimées, les échecs de migration, les snapshots défectueux, etc. sont autant d’exemples d’erreurs humaines. Dans la plupart des cas, l’administrateur informatique a simplement fait de mauvais choix. Avec les interfaces utilisateur et les panneaux de configuration modernes, supprimer ou migrer des centaines voire des milliers de machines virtuelles ou disques virtuels peut désormais être fait d’un simple clic.

Le risque principal ici est que l’administrateur agisse trop vite sans vraiment savoir ce qu’il fait. Il essaie alors, après avoir remarqué son erreur, de récupérer les données manquantes en utilisant des outils de récupération internes ou tiers, et endommage ainsi encore plus le système dans son ensemble et rend la récupération des données encore plus difficile.

À présent que vous connaissez les principales raisons d’une perte de données virtuelles, une question demeure : comment peuvent-elles être récupérées ? Ce sera le sujet de notre deuxième article dans cette série.

D’autres informations concernant la récupération de données virtuelles et de systèmes virtuels sont disponibles dans notre nouveau livre blanc, accessible ici.

Découvrez-en davantage concernant les possibilités offertes par Ontrack en matière de récupération des données virtuelles, machines virtuelles et systèmes virtuels.

Copyright du diagramme : Ontrack Data Recovery
Copyright de l’image : Photo de Pixabay pour Pexels
Time Lapse Photography of Blue
License CC0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *