Go to Top

Des sauvegardes pour l’éternité (Partie 4)

Quel est le meilleur support de stockage pour l’archivage à long terme ? Cette semaine : le cloud et la conclusion !

Au cours des deux dernières semaines, nous avons publié une série d’articles sur les principaux supports encore utilisés pour le stockage de données et leurs durées de vie présumées. Aujourd’hui, dans cette partie finale de notre série, je souhaite aborder les avantages et les inconvénients du cloud et tenter de tirer une conclusion, à savoir quel support convient le mieux pour l’archivage à long terme. Voici ce que vous allez lire :

  • Le Cloud peut être une bonne alternative pour le stockage de petites sauvegardes, mais il présente de nombreux inconvénients pour les archives de très grande taille : en fonction du débit de la ligne internet, accéder aux fichiers peut prendre beaucoup de temps dans le cas d’une action en justice ou autres affaires juridiques. Parfois beaucoup trop de temps… Par conséquent, le cloud ne convient pas pour l’archivage à long terme,
  • D’après ce que nous avons vu en comparant les principaux supports de stockage encore utilisés aujourd’hui, la bande magnétique est le meilleur moyen de stocker des données pour une période plus longue. Si vous souhaitez stocker des données pendant plus d’une décennie, et parfois il est possible qu’on vous demande de stocker des données pendant plus de 30 ans, seules les bandes peuvent le faire. Cependant, il est judicieux de vérifier et migrer les bandes après 5 années ou plus, ceci afin de prévenir la perte de données.

Le cloud pour le stockage

Le cloud est partout dans l’actualité depuis quelque temps maintenant. Mais que veut-on dire par cloud ? Cloud est un synonyme de « cloud computing », ce qui, pour faire simple, signifie que vous utilisez internet comme passerelle vers un fournisseur de services qui propose différents produits et services informatiques. Pendant plus d’une décennie, l’éditeur de logiciels Adobe vendait ses programmes d’édition graphique dans une boîte de DVD ou en téléchargement que vous, en tant qu’utilisateur, deviez acheter et installer sur votre ordinateur de bureau ou d’entreprise. Depuis plusieurs années maintenant, Adobe a changé sa façon de vendre ses outils logiciels : à présent, vous utilisez et installez simplement un petit logiciel client sur votre PC, tandis que l’application réelle est hébergée et exécutée dans un centre de données Adobe (ou loué par Adobe). Microsoft a copié cette approche avec sa suite logicielle Office dans le cloud – Office 365, il y a quelques années également. Ce concept de prestation de services sur internet est appelé « software as a service » (saas). L’une des premières sociétés à utiliser ce concept cloud était salesforce.com, qui proposait son logiciel CRM entièrement basé sur internet pour la première fois en 1999.

Il n’est pas étonnant de constater qu’un grand nombre des offres de services basées sur le cloud sont apparues pour la première fois au milieu des années 2000. C’est à cette période que les vitesses du réseau et d’internet sont devenues beaucoup plus rapides aux États-Unis, sans besoin de disposer d’une connexion internet par câble coûteuse. Avec des connexions internet plus rapides et plus fiables, de nombreuses offres sont devenues réalité : infrastructure as a service, computing as a service, data-center as a service, ainsi que de nombreuses autres offres. En bref : de nos jours, quasiment n’importe quel service informatique dont vous avez besoin peut être proposé et distribué sur internet.

Ceci est également vrai pour le stockage de données. Avec le stockage sur le cloud, les consommateurs aussi bien que les entreprises peuvent stocker toutes leurs données dans le cloud. « Cloud » signifie ici : espace de stockage sur des systèmes de stockage déterminés dans un centre de données à partir d’un fournisseur de stockage sur le cloud (ou loué à l’un des grands acteurs sur le marché tels qu’Amazon, Microsoft, Google, etc.). Les données sont conservées, gérées, sauvegardées à distance et rendues disponibles aux utilisateurs via internet. En général, les fournisseurs de stockage sur le cloud facturent les utilisateurs sur la base de leur consommation mensuelle. Bien que le coût du gigabyte ait considérablement baissé au cours des dernières années, de nombreux fournisseurs de services facturent des coûts supplémentaires liés aux coûts de fonctionnement, ce qui peut donner une facture importante à la fin du mois.

Tandis que l’utilisation du cloud pour le stockage de données peut être avantageux pour les sociétés et les consommateurs souhaitant juste stocker une quantité de données gérable chez un fournisseur de stockage sur le cloud, l’utilisation de cette méthode de stockage pour une quantité de données énorme ou pour une archive complète n’est pas une bonne idée.

Les problèmes liés au stockage sur le cloud pour l’archivage de longue durée

Le problème principal ici est comment transférer toutes les données dans les deux sens par le biais d’internet. Dans la plupart des cas, le débit internet est encore trop lent pour transférer d’énormes données, et un tel transfert nécessiterait probablement des jours, si ce n’est des mois ou des années, pour arriver au centre de données du fournisseur de stockage sur le cloud. C’est pourquoi les fournisseurs de services les plus importants du marché proposent d’autres solutions pour transférer les données vers le centre de données : ils utilisent d’énormes serveurs de stockage mobiles et des commutateurs et câbles réseau rapides pour copier les données sur leurs serveurs. Après avoir copié les données, ils se rendent au centre de données et copient de nouveau les données sur les systèmes de stockage. Cette option est souvent uniquement valable pour transférer les données vers le centre de données, mais pas pour récupérer les données. Ainsi, la suppression des données archivées est et sera dans quelques années une tâche coûteuse, longue et laborieuse.

Un autre défi lors de l’utilisation du stockage sur le cloud est lié aux fuites de données. Bien que les fournisseurs soient fiables quant à la sécurité de vos données, les centres de données sont gérés par des humains, et les humains font des erreurs. Donc même lorsqu’ils proposent des contrats commerciaux stipulant que la sécurité est garantie, il existe toujours une exception à la règle. Ceci est également vrai pour l’accessibilité du service. La plupart des services offrent un taux d’accessibilité de 99,8 %, mais cela ne signifie pas que vous pouvez accéder à vos données à tout moment. Comme dans tous les centres de données, les serveurs peuvent tomber en panne, soit à la suite d’une erreur humaine, soit à cause d’une panne logicielle ou matérielle. Et vous ne pouvez pas accéder à vos données pendant un long moment. En 2015, les clients Google ont connu ce problème et n’ont pas pu accéder à leurs données stockées sur le cloud pendant 70 minutes. Mais que se passe-t-il si chaque minute compte et que vous devez accéder à un fichier archivé dans le cadre d’une action judiciaire ? Si vous devez attendre des heures avant de pouvoir télécharger le fichier, vous pouvez vous retrouver dans une situation très compliquée. Sans parler d’une éventuelle fuite de données ! Au cours des dernières années, de nombreuses fuites de données se sont produites dans les centres de données. Les centres de données ne sont pas immunisés contre les attaques pirates, et si un tel événement se produit, il est possible que des données sensibles de votre société se retrouvent exposées au public.

Il existe un autre problème avec le cloud. Dans le cas d’une perte de données qui s’est produite à cause de vous, si par exemple vous avez appuyé sur les mauvais boutons, récupérer vos données peut s’avérer un véritable challenge. Dans ce cas, et lorsque les fichiers sont les seuls restants, vous aurez besoin que votre fournisseur de services fasse preuve de bonne volonté. S’il n’est pas en mesure de récupérer ces données, vous pouvez faire appel à un spécialiste en récupération des données tel qu’Ontrack data recovery, mais le fournisseur de services doit accorder l’accès au système de stockage spécifique. Or, dans la plupart des cas, ce système ne stocke pas juste vos données, mais également les données de plusieurs autres clients, et de nombreux fournisseurs de stockage ne laissent pas les spécialistes en récupération des données travailler, sachant qu’ils ont promis à leurs autres clients la sécurité totale de leurs données, qui serait alors compromise. Ainsi, vous ne pouvez plus récupérer vos fichiers, bien qu’il soit techniquement possible de récupérer vos données.

Pour finir, il existe un autre risque : le stockage sur le cloud est une méthode récente pour stocker des données. Il n’existe aucune garantie que votre fournisseur de stockage sur le cloud soit encore en service après 10 années, 20 années ou plus. Et c’est le point critique : il y a déjà eu quelques cas où des clients de services cloud ont été forcés de supprimer leurs données dans un délai très court à cause de changements dans la politique des fournisseurs. Et ceci peut arriver tout le temps. Et que se passe-t-il si le fournisseur de stockage fait faillite ? Il existe de nombreux scénarios susceptibles de se produire et de poser un risque au stockage de données d’archives dans le cloud.

La conclusion : quel support de stockage est le meilleur pour l’archivage à long terme ?

Nous avons vu dans cet article et dans les précédents que chaque support de stockage présente des avantages et des inconvénients. Certaines méthodes de stockage sont moins coûteuses que d’autres, mais leur durée de vie est assez limitée, d’autres offrent une durée de vie plus longue mais sont plus coûteuses.
Mais d’après ce que nous avons vu dans les derniers articles, le meilleur support de stockage pour l’archivage à long terme est la bande magnétique. Ceci parce qu’elle a la durée de vie la plus longue parmi tous les supports présentés ici, et qu’il est possible de la conserver pendant 30 années et plus. Tous les autres supports ne durent que 5 à 10 ans voire moins, et ne sont donc pas assez fiables pour cela. D’autre part, les lecteurs de bandes sont à présent beaucoup plus rapides, bien qu’ils permettent toujours de sauvegarder les données linéaires, et leur capacité s’est également améliorée au fil des années. Si l’on compare les disques durs aux bandes magnétiques, il est évident que par rapport à leur capacité, les bandes sont moins coûteuses que les disques durs et durent plus longtemps.

Avec l’apparition du Linear Tape File System (LTFS) pour les bandes LTO 5 et plus récentes, les bandes peuvent à présent être utilisées comme un lecteur de disque dur externe et simplifient même le stockage et l’accès aux fichiers. Et si les bandes sont stockées selon les instructions des fabricants, au sec et à la bonne température, aucun problème ne devrait survenir dans le futur avec le support.

Il est toutefois judicieux de planifier à l’avance l’utilisation de bandes pour l’archivage. Les bandes et le matériel de lecture doivent être régulièrement vérifiés quant à leur bon fonctionnement. Par ailleurs, les lecteurs de bandes doivent être nettoyés très souvent afin de prévenir l’usure mécanique des bandes. Et bien que les bandes puissent stocker des données pour une longue période, vous devrez peut-être envisager de migrer vos données vers une version LTO plus récente après 5 ou 6 années. Ainsi, vous vous assurez que les données sont toujours accessibles après 20 ans, au cas où l’on vous demanderait de trouver un fichier précis.

Copyright de l’image : Ontrack data recovery

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *