Go to Top

Des sauvegardes pour l’éternité (Partie 2)

Quel support de stockage est le mieux adapté à l’archivage à long terme? Cette semaine nous allons parler des: HDD, SSD et d‘USB Flash!

Si vous avez suivi la première partie de cette série d‘article,vous savez les entreprises sont actuellement confrontées à de graves difficultés quant à la manière de stocker les données. Même une petite des entreprise peut posséder une quantité importante de données et de plus en plus de données sont générées par les portails en ligne ou l’Internet des objects. Bien que toutes ces données n’aient pas nécessairement besoin d’être stockées ou archivées pendant une longue période, certaines doivent être archivées en raison de nouvelles normes juridiques ou réglementaires.

Mais où stocker toutes ces nouvelles données? Et quel est le meilleur support de stockage quand les données doivent être stockées pendant une longue période? Cette semaine, nous allons donc parler des disques durs HDD (Hard Disk Drive) et les disques SSD (Solid-State-Drives)

 Le disque HDD et son évolution dans le temps

La bande magnétique a un inconvénient majeur: il s’agit d’un support de stockage linéaire. Cela signifie qu’il faut un certain temps pour atteindre l’endroit où sont sont stockées les données sur la bande. C’est pourquoi le disque dur a été créé ; il fallait une méthode de stockage plus rapide et efficace. En fait, c’est le même dévellopeur qui a inventé le disque dur il y a près de 62 ans et la bande. Pour ordinateur IBM.Il s’agissait du premier ordinateur livré avec l’unité de stockage IBM 350 équipée de deux disques durs internes. Les disques étaient assez gros: ils mesuraient chacun 60 cm et ne pouvaient stocker que 4 375 Mo au total. L’ordinateur central n’était pas bon marché: il fallait le louer pour 3200 dollars par mois! Stocker des données sur ce premier disque dur commercial coûtait 750 dollars par mois. Le système a été suivi par l‘IBM Ramac 1301 en 1962 et ses utilisateurs pouvaient stocker jusqu’à 28 Mo de données.

Mais avec l’invention d‘appareils plus petits – le pc – à la fin des années soixante-dix, le besoin d’espace de stockage a augmenté. Les données étaient généralement stockées sur des cassettes compactes (elles ressemblaient à des cassettes compactes audio normales mais possédées une bande magnétique à l’intérieur de celle-ci pour stocker des données).

Le premier disque dur pouvait contenir environ 5 Mo de données et a été introduit par une société qui fût rebaptisée Seagate Technology en 1980, point de départ de la success story du disque dur. Le Seagate ST-506 était le premier disque dur au format 5,25 pouces. De 1980 à 1992, l’espace de stockage d‘un HDD est passé de 5 Mo à 2 Go. De nos jours, les disques durs peuvent être chargés d’hélium et stocket jusqu’à 14 To de données.

Mais qu’est ce qu’un disque dur ?

Un disque dur est un dispositif de stockage électromécanique qui utilise le stockage magnétique pour stocker et récupérer des informations numériques à partir d’un ou plusieurs plateaux tournants revêtus d’une couche magnétique. Le film ferromagnétique à la surface du plateau change de direction quand l’électricité est fournie. Sont alors représentés des “1” ou des “0” et ils peuvent être lus. Tous ces zéros et uns représentent un bit de données binaires et un schéma de codage détermine comment la donnée utilisateur est représentée par les transitions magnétiques.

Les principaux avantages des disques durs sont qu’ils sont devenus très bon marché et contiennent une grande quantité de données. Avec l’introduction du RAID, les disques durs se sont encore plus démocratisés puisqu’il est désormais possible non seulement de stocker aléatoirement des données sur un tas de disques indépendants, mais aussi d’avoir un ou plusieurs disques de rechange pour récupérer ses données en cas de défaillance d’un disque.

La plupart des fabricants estime que la durée de vie d’un HDD est de 5 ans. Cependant, cela dépend de son utilisation: la plupart des disques durs peuvent facilement stocker des données pendant 10 ans, mais les utilisateurs doivent vérifier fréquemment si leurs données sont toujours disponibles et s’il n’y a pas d’erreur logiciel ou mécanique. Si le disque dur n’est pas fréquemment utilisé, il y a toujours des chances que les données soient toujours là après plus de 10 ans. Cependant, il est possible que des données puissent être perdues en raison du risque de disparition du magnétisme au cours des années.

SSD: Quelle est la différence?

Les SSD sont eux totalement différents: ils ne sont constitués que de puces électroniques placées sur un circuit imprimé. Habituellement, un SSD classique contient une puce contrôleur et plusieurs puces de stockage. La puce contrôleur contrôle la façon dont les données sont stockées sur la puce de stockage. Une autre différence est que les puces de stockage ne durent qu‘un certain nombre de cycles de lecture et d’écriture. Tout simplement, plus vous écrivez sur le disque, plus vite le SSD sera cassé. C’est la raison pour laquelle la plupart des fabricants ont mis en place des technologies à l’intérieur des puces controleurs afin de répartir de manière égale la charge d’écriture des données sur toutes les puces de stockage.

La même chose se vérifie pour les clés USB aussi composées de ces puces Flash NAND de basse qualité. Elles aussi, ne durent qu’un certain temps, alors que leur durée de vie en lecture / écriture est généralement beaucoup plus faible que celle d’un SSD.

Le stockage des données peut aussi se faire jusqu’à 10 ans. Vous pouvez facilement vérifier la durée de vie de vos appareils en utilisant des outils spéciaux que vous pouvez télécharger gratuitement sur de nombreux sites de fabricants.

Même si les deux types de disques peuvent atteindre une durée de vie de 10 ans, ils diffèrent beaucoup en ce qui concerne la récupération de données. Vu que le disque dur (HDD) existe depuis de nombreuses années, les fournisseurs de services de récupération de données professionnels utilisent également les outils et les processus de récupération de données aboutis. Au fil des ans, ils ont constitué une importante base de connaissance sur la façon de récupérer les données d’un disque  HDD. Avec les SSD, la situation est différente. Le problème principal ici n’est pas que la technologie est difficile, mais que chaque fabricant peut utiliser d’énormes quantités de puces contrôleur et de stockage de variétés différentes.

Cela dit, il est “plus facile” de récupérer des données d’un SSD d’une marque connue que d’un produit inconnu, où parfois des outils de récupération perfectionnés peuvent ne pas fonctionner à 100%. Mais, il n’est pas judicieux d’utiliser des disques SSD pour le stockage de toute façon, ils sont plus chers par rapport aux HDD, et la récupération de données est beaucoup plus compliquée même si le dur est plus rapide. Utiliser des SSD pour le stockage, c’est comme posséder une Ferrari et rouler à 20 km/h.

 

Prochainement, nous aborderons les supports de stockage optique et le Cloud à des fins d’archivage à long terme.

 

Copyright de l‘image: Ontrack Data Recovery

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *