Construire une stratégie de récupération après sinistre dans vos déploiements Hyper-V

lundi 20 juillet 2020 by Ben Lloyd

Selon Gartner, les sociétés importantes perdent 300 000 dollars pour chaque heure de temps d’arrêt rencontré. Ce genre de pertes peut arriver indépendamment du fait que votre organisation utilise des serveurs physiques ou virtuels, c’est pourquoi un plan de reprise après sinistre efficace est essentiel dans tous les cas. La bonne nouvelle, c’est que le rétablissement des serveurs virtuels est plus facile que le rétablissement des serveurs physiques, alors comment vous y prendre pour intégrer la reprise après sinistre dans votre stratégie de virtualisation ?

Mettez l’accent sur la sauvegarde des fichiers

Votre installation virtuelle se manifeste sous la forme d’un groupe de fichiers sur le disque dur du serveur hôte. Tout plan de reprise après sinistre doit garantir que ces fichiers sont sauvegardés régulièrement.

Si vos serveurs virtuels sont configurés pour utiliser l’espace disque virtuel alloué de façon dynamique, vous devrez essayer de calculer le taux de croissance prévu et spécifier une routine de sauvegarde en mesure de le prendre en charge. Assurez-vous d’avoir une performance suffisante pour les fenêtres de sauvegarde ainsi qu’une capacité suffisante sur votre disque ou votre bande pour couvrir vos besoins en matière de sauvegarde au moment du déploiement et davantage pour le futur à mesure que vos besoins en stockage de données augmentent.

Conservez des registres précis

La nature basée sur les fichiers des serveurs virtuels permet de définir de façon relativement simple quels éléments vous avez besoin de sauvegarder dans votre environnement. Néanmoins, pour une récupération des données plus rapide en cas de sinistre, vous devrez savoir comment reconfigurer vos serveurs manquants.

Il est extrêmement important de conserver les registres complets de la configuration de vos serveurs virtuels afin que vous puissiez configurer une nouvelle machine et restaurer directement les données à l’intérieur. Vos registres doivent inclure certaines informations telles que les processeurs, la RAM virtuelle, l’espace disque et les configurations réseau. En plus de conserver les registres de la configuration au moment du déploiement, il est nécessaire de mettre à jour la documentation de votre configuration serveur à chaque fois que vous modifiez la configuration.

Préparez-vous au pire

Les accidents sont inévitables. L’image de votre disque dur peut se détériorer, le support de sauvegarde peut tomber en panne, une machine virtuelle peut être supprimée par erreur et la matrice RAID hébergeant les données de serveur peut planter. Vos serveurs peuvent s’arrêter de fonctionner pour toutes ces raisons.

Naturellement, un plan de reprise après sinistre efficace tente d’identifier et d’atténuer ces risques à l’avance, mais une combinaison d’erreurs et de pannes peut faire apparaître certaines faiblesses dans votre plan. À ce stade, vous devez disposer d’une solution de secours ultime : une option de récupération des données pour extraire les données perdues des disques durs. Un outil tel que Ontrack EasyRecovery peut s’avérer utile si votre sauvegarde vous laisse tomber. En parallèle, vous pouvez en discuter avec une société en récupération des données ayant fait ses preuves.

Ne réfléchissez pas à la sauvegarde de vos serveurs virtuels après coup. En tenant compte des possibles catastrophes dans le processus de déploiement, vous serez mieux en mesure de faire face en cas de problème.